Paragon Circus, le 1er EP du groupe Altesia

  • Nathalie Bellesso  
  • Musique  
  • 26 Mars 2020
L'exigence artistique d'un groupe au service d'une oeuvre remarquablement aboutie !

La formation bordelaise de metal progressif, Altesia, avec Yann Ménage à la batterie, Alexis Casanova, guitare leader et aux chœurs, Henri Bordillon aux claviers, Hugo Bernart à la basse et Clément Darrieu au chant et à la guitare rythmique, a sorti son 1er album : Paragon Circus , en décembre 2019. Autoproduit, il a entièrement été composé par Clément en 2017 avant même que le groupe ne soit constitué. Il le sera en 2019. Ont été invités sur cet album : Esteban Sainz pour le chant guttural sur « Hex reverse » et « Cassandra’s prophecy », le violoniste Thibault Maton sur « The prison child » et « Cassandra’s prophecy » et le saxophoniste Julien Deforges sur « Reminiscence ».  

Paragon Circus est une œuvre sombre. L’histoire de l’humanité nous est contée à travers le mythe grec de Pandore, (« Pandora ») qui par sa trop grande curiosité, a ouvert la boîte interdite et a répandu sur la terre tous les maux et les fléaux. Ce qui était lumière a sombré dans l’obscurité et désormais ne sera plus que la réminiscence (« Reminiscence ») de ce passé révolu. « Amidst the smoke », l’humain vit dans un monde d’illusion, la vérité est voilée. L’impossibilité d’accéder à un ailleurs, d’échapper à l’emprise de ce monde où tout est codifié, décidé à l’avance (« Prison child ») enferme toujours plus et conduit l’être au désespoir « Hex reverse ». L’album se termine par « Cassandra’s prophecy », titre issu lui aussi d’une légende grecque qui retrace le destin peu enviable de la pauvre Cassandre qu’Appolon, pour se venger, a affublée du don de prophétie. Elle connaîtra donc les malheurs qui vont arriver à ses proches sans être en capacité de les empêcher, sa parole n’étant pas prise au sérieux. Encore une turpitude d’Appolon ! À l’instar des scientifiques, de nos jours, qui ne sont pas entendus par les puissants lorsqu’ils dénoncent le dérèglement climatique : « A curse ignored, above us, hovering in wait ». L’atmosphère de l’album est pesante car lourde de menaces : « The dire oracles feed on our deepest fears ». Le temps de la peur est venu. Voici dans les grandes lignes, le récit de Paragon Circus.

Pour la partie musicale, bien que la formation soit récente, tous les musiciens ont su trouver leur place, et grâce à leur exigence artistique, ont apporté leur pierre à l’édifice pour contribuer à donner corps à cette création riche, jaillie de l’esprit inventif de Clément. Paragon Circus est parsemé de riffs énergiques, de solos acoustiques, de sections rythmiques basse/batterie savoureuses notamment dans « Reminiscence », mêlant influences metal et funk et sur laquelle, on entendra également un beau solo de saxophone. Les sections au violon à 4’58 sur « The prison child » et sur « Cassandra’s prophecy » sont absolument sublimes. De bout en bout, le clavier s’impose, alternant légèreté ou au contraire vélocité. Aux épisodes mélodiques succèdent des passages plus musclés, avec des saccades orchestrales dynamiques, des instruments en tension qui se répondent avec nervosité, sur lesquels les cordes crissent ; la batterie accélère sur « Cassandra’s Phophecy » jusqu’au blast beat. Le chant de Clément est limpide, particulièrement touchant et prenant dans « Hex Reverse » s’harmonisant parfaitement avec les growles d’Esteban sur « Hex Reverse » et « Cassandra’s prophecy ». 

Cet album est juste incroyable. Pour l’auteure de romans d’Heroïc Fantasy que je suis, Paragon Circus possède un souffle épique indéniable. Il est traversé de longs passages instrumentaux déroulant des atmosphères tour à tour planantes, furieuses ou mélancoliques et qui mettent en lumière des images, des émotions. C’est une œuvre musicalement très aboutie. Félicitations à Altesia pour ce 1er opus remarquablement réussi !

Retrouver l'album en écoute et en téléchargement.

Tracklist :



1. Pandora  02'35



2. Reminiscence 11'41



3. Amidst the smoke 07'48



4. The prison child 10'34



5. Hex reverse 06'30



6. Cassandra’s prophecy 17'38


En vidéo

En savoir +

https://www.facebook.com/altesiamusic

PARTAGER CET ARTICLE :