Le Feu, le 2ème EP de Papa Furax

Des textes corrosifs, un bouillonnement musical, mix entre metal rap et fusion, pour vous mettre Le Feu

Papa FURAX
Ils jouaient déjà ensemble au début des années 2000, dans diverses formations ((Monkey Soup, Jean Paul Trash, Onfz.D). Ça c’était avant de devenir parents et une pause d’une quinzaine d’années. Leurs bambins ont grandi et depuis 2018, ils peuvent à nouveau se réunir. Ils ont choisi de s’appeler « Papa Furax », « Papa » parce qu'ils sont devenus parents et « Furax » à cause de leur  « furieuse envie d'en découdre ». Après un 1er EP de 6 titres, Panjandrum, très prometteur, en 2019, ils nous reviennent avec Le Feu, sorti le 15 juin 2020. L’album, autoproduit, a été mixé et mastérisé par l’ingénieur son de Mean Cat Studio (Patros) qui à la suite à cet enregistrement a rejoint la line-up du groupe qui se compose désormais de Cheurtra au chant, Antho à la batterie, Karim à la basse, Ticule et Patros à la guitare.

Clic Clac décrit avec beaucoup de réalisme la rencontre fugace d’un moment, dont l’unique motivation est d’arriver à conclure : « D’un coup de rein je porte l’estocade. J’vais droit au but je prends pas la rocade. » » C’est très bien écrit, dans un style direct et sans équivoque comme ce jeu de séduction, dont aucun des deux protagonistes n’est dupe quant à l’issue. C’est également bien envoyé musicalement, particulièrement sur le refrain. Un titre « pour se moquer des gros dragueurs » dixit Ticule.

Œil pour Œil, titre dans lequel ils sont carrément démontés et leurs paroles sont des uppercuts en pleine gueule, dénonciation des violences policières durant les dernières manifestations en France. Ils abordent le problème de ces dérapages dangereux et, par extrapolation, de la violence inutile. Bonne complémentarité des 2 guitaristes, diversité de sons, de changements de rythme bien orchestrés par tous les musiciens et le chanteur qui donne un large éventail de ses aptitudes vocales. Tous ces ingrédients font de cet opus rap metal - fusion, un savoureux moment d’écoute. 

1234 propose une satire très ironique sur le travail au bureau, déshumanisé par l’automatisation des activités avec le développement de l’informatique. Le tempo est effréné comme cette folle cadence imposée par les machines, avec des percées de growl hystériques.

5678 est un titre uniquement instrumental, qui se veut la suite du précédent. Très sympa, il met en lumière leur capacité à composer des morceaux plus calmes et plus mélodiques.  

Le Feu est un mix entre metal rap et fusion dans un esprit punk. Des textes en français remarquablement bien écrits, servis avec humour et vindicte, reflets du regard posé par Papa Furax sur notre société. Des chansons pour raconter des histoires sans se prendre au sérieux. Les qualités vocales du chanteur lui permettent d’osciller entre chant clair, rap ou growl. C’est carré musicalement. Donc 4 titres, c’est trop peu, mais il paraît qu’ils vont nous revenir avec de nouveaux opus. Aussi, on attend avec impatience de découvrir ce qu’ils vont nous concocter, et également de les revoir sur scène. 
Alors amis niçois et d’ailleurs, si vous voulez recevoir une grosse claque, procurez-vous leur EP et courez les écouter en live

Tracklist :

1. Clic Clac
2. Œil pour Œil
3. 1234
4. 5678 (Outro)



Article de Nathalie Bellesso
Auteure de la trilogie d'heroic fantasy "Les Véritables"
Voir le site Web

En vidéo

En savoir +

Facebook

Instagram

PARTAGER CET ARTICLE :