Live Their Lives, le 1er EP de Glamour at the Gate

Un album attachant, déployant énergie et sensibilité

Glamour at the Gate
Le groupe niçois de hard rock, stoner, créé en mars 2017, avec David Dray au chant et à la guitare, Matthias Albert à la guitare soliste, Killian Martin à la guitare rythmique, Joan Allemand à la basse et Roman Contenti à la batterie, a sorti le 19 novembre 2019, son 1er EP : Live Their Lives.

Si Glamour at the Gate a eu le privilège de jouer en première partie de la dernière date, de la tournée acoustique du groupe de rock progressif Klone (le 16 décembre 2018), ce n’est pas un hasard.  
 
Moongirl : Un démarrage bien rock pour ce titre de 4’54 . À 1’11, le refrain me fait immédiatement penser à Sharp Dressed Man de ZZ Top. Avec d'intenses moments de guitare, un rythme bien chaloupé, l'ensemble pulse bien. 

Party : L’introduction de 55’’ est très travaillée avec une belle diversité de sons. Il y a une sorte de désespérance qui se dégage de cet opus de 6’41, accentuée par l’énergie vibrante de la guitare, une rythmique plus heavy et avec de notables accélérations de la batterie. La cadence s’active encore à la fin telle une ultime urgence. 

Live My Life : ce titre porte en lui le dynamisme des Guns N’Roses, avec des riffs bien mordants. Les chœurs sont bien ajustés et David ne ménage pas sa peine vocalement sur cet opus exigeant, passant allègrement du grave à l’aigu.

Cocaïne Drink : Le bruissement de la pluie qui tombe tandis que s’échappent les notes d’une douce balade à la guitare acoustique en prélude de cette chanson qui ne tarde pas à balancer des riffs plus nerveux et bien planants.

Such a Slut : Des accords de guitare country avec des bruitages et des voix en arrière-plan. Un air très sympa, original, enjoué à la manière d’une fête : « There's a party downtown but nobody have fun » où règnent beuverie et désenchantement.

Avec ses 6’31, Shouky offre une envolée musicale mélodique riche, des riffs soignés et aériens, un refrain relevé et pour terminer un surprenant final au synthé et aux percussions. 

Au fil de l’écoute, les qualités techniques de cet album transparaissent. L’engagement pour construire les morceaux dénote leur détermination à produire des instrumentations très personnelles. Le grain de voix de David est rauque, presque rocailleux par moment. Il devient carrément perché à d’autres à la limite de la rupture, lui permettant de jouer sur plusieurs registres vocaux. Glamour at the Gate plane entre hard rock et stoner, flirtant sur les nuances, proposant des titres qui ont chacun une signature qui leur est propre. Les ambiances sonores révèlent le thème central de Live Their Lifes : ce mal-être face à une société qui empêche, à ces vies dont nous rêvons rongés par l’impuissance à les vivre. Pour leur part, ils ne manquent ni de puissance ni d’inventivité et nous leur souhaitons d’être aussi féconds dans l’avenir.  Live Their Lives est un album attachant, déployant une réelle sensibilité. On est conquis par cet essai prometteur ! 

Tracklist :

- Moongirl
- Party
- Live My Life
- Cocaïne Drink
- Such a Slut
- Shouky


Article de Nathalie Bellesso
Auteure de la trilogie d'heroic fantasy "Les Véritables"
Voir le site Web

En vidéo

En savoir +

https://www.facebook.com/glamouratthegateoff

Site Web

PARTAGER CET ARTICLE :